Selon AT Internet, une société européenne spécialisée dans la mesure d’audience et l’analyse de performance de sites web et sites mobiles (Web Analytics), une application mobile sur deux a vu son trafic progresser de plus de 46% en septembre 2013 par rapport au même mois l’an dernier alors que les sites web accusent une baisse de fréquentation.

Comme chaque année, AT Internet a évalué le comportement du web en s’intéressant à l’évolution moyenne des visites enregistrées pour un périmètre de sites web et d’applications. Pour constituer le périmètre de son étude, l’entreprise précise qu’elle n’a retenu que des sites ou applications sélectionnés selon des critères impératifs. Ainsi ont été écartés les sites et applications d’audience anecdotique ou chaotique, ou dont les données collectées soulignent un dysfonctionnement dans la mesure. De plus, l’étude ne prend en compte que la consultation des sites et applications dont le trafic est majoritairement généré en France et uniquement les visites effectuées depuis ce pays.

  • Une tendance qui se confirme

La tendance observée depuis 2012 s’affirme au 3ème trimestre 2013 avec le constat que la fréquentation moyenne des sites web basés en France recule toujours au profit des applications mobiles. L’observation systématique des sites référencés fait effectivement apparaître une baisse de la fréquentation des sites web, ce phénomène étant observé mois après mois. La mise sous forme graphique fait apparaître clairement l’évolution de la fréquentation enregistrée en moyenne pour un site web en France au troisième trimestre 2013 avec le détail des mois le composant. Après un recul de 2,3% au 1er trimestre et de 3,3% au second trimestre, la fréquentation affiche une baisse de 4,4% en moyenne en France en ce troisième trimestre 2013. La fréquentation des sites est en recul sur les 3 mois de ce troisième trimestre 2013 : elle diminue de – 4% entre les mois de juillet 2012 et de 2013 alors que le recul n’était que de – 0,6% entre les mois de juillet 2012 et 2011 ; elle baisse à nouveau sévèrement de – 4,8% en août 2013 par rapport à 2012 (contre – 4% entre août 2012 et 2011) et enregistre toujours un déclin de – 3,9% cette fois entre les mois de septembre 2013 et 2012 (contre – 1,8% entre septembre 2012 et 2011). Au contraire, pendant la même période, la fréquentation des applications mobiles a littéralement explosé.

  • L’envolée des applications mobiles

Selon les relevés d’AT Internet réalisés en France, près de 75% des applications ont un trafic en réelle progression en septembre 2013. Près d’une application sur 4 a vu son trafic plus que doubler en un an et la moitié de celles-ci enregistre une hausse supérieure à 46%. Sur la même période, la moitié des sites web a enregistré une baisse au moins égale à 6,6%, un site web sur 4 enregistrant une chute au moins égale à 26% tandis qu’un sur 4 connaît une hausse supérieure à 11%.

En un an, la moitié des applications mobiles a donc enregistré une augmentation de trafic supérieure à 46%, et près d’une application sur 4 a même connu une hausse supérieure à 100%. Sur cette même période, 60% des sites web ont vu en revanche leur fréquentation moyenne diminuer. Ce constat est significatif des évolutions constatées ces dernières années dans les modalités d’accès à Internet et plus particulièrement de l’accès aux sites web. La tendance privilégiant l’accès par l’intermédiaire d’applications dédiées et téléchargées au préalable se profile depuis plusieurs mois, et affirme l’entrée de nombreux utilisateurs dans l’ère des écrans tactiles nomades. Ce qui se confirme à la lecture des derniers chiffres publiés par l’institut d’études GFK annonçant 6 millions de tablettes vendues en France en 2013, soit une progression de 65% par rapport à 2012. Pour leur part, les ventes de smartphones devraient atteindre près de 16 millions d’unités dont 3 millions en 4G/LTE. C’est un véritable défi qui est lancé par ce nouveau mode d’accès nomade réalisé par le biais des applications mobiles. Pour rester attractifs aux yeux des consommateurs les sites web doivent gagner encore en performance et en attractivité.

  • Un défi pour les hébergeurs

Cette problématique concerne les hébergeurs à plus d’un titre car ils sont souvent impliqués à la fois comme opérateurs des sites web classiques et de leur versions mobiles qui utilisent d’ailleurs pour une grand part les mêmes bases d’information (catalogue, offres commerciales) et de données dans une stratégie multi-canal. Pour assister leurs clients e-commerçants et leur donner une vision en temps réel du comportement de leurs sites, l’hébergeur et plus particulièrement l’infogérant, doit mettre en place des solutions d’analyse permettant de piloter les performances non seulement des sites web et des applications mobiles mais également des réseaux sociaux qui y sont associés. Cela permet de produire une analyse avancée des audiences qui peuvent aussi être affinées grâce à des modules métiers spécifiques. Ces solutions permettent aux entreprises clientes des hébergeurs de mesurer, structurer, croiser et segmenter les données online afin d’en extraire les informations décisionnelles indispensables à leur compétitivité.