Que ce soit pour les entreprises qui se lancent dans les technologies de pointe, les sociétés de commerce exclusivement en ligne ou les prestataires de services sur application (du type Uber et Airbnb), aucun problème d’interruption, de ralentissement ou de sécurité ne saurait être toléré. En cas d’échec, vous subirez les conséquences d’une expérience client médiocre et d’une capacité d’attention de moins en moins longue.

Dans le paysage numérique actuel, ce sont les attentes des clients et les progrès technologiques qui imposent le rythme auquel l’informatique évolue dans les organisations. D’ailleurs, selon une étude de Microsoft, la capacité d’attention du consommateur moyen est désormais de huit secondes, soit une seconde de moins que celle d’un poisson rouge ! Cela donne à réfléchir. À une époque où l’on « passe au suivant » d’un simple glissement de doigt, il est essentiel de pouvoir capter l’attention du client aussi rapidement que possible. Si votre site ou votre application ne charge pas assez vite, il y a de bonnes chances que vos clients passent à autre chose. Et si vos systèmes sont défaillants, vos affaires le seront également.

Dans un rapport publié en 2018, Gartner signale qu’une société risque de perdre définitivement la confiance de ses clients en cas de perturbation des activités en ligne qui sont habituellement disponibles en permanence. « Les pannes système ont des répercussions négatives sur les recettes, la productivité, la réputation de la marque et la fiabilité des systèmes commerciaux numériques, ce qui est particulièrement préjudiciable aux initiatives commerciales dans le secteur numérique. »

Si vous avez adopté une stratégie privilégiant le numérique et que vous souhaitez éviter les interruptions de service, les ralentissements et les problèmes de sécurité, les éléments suivants sont essentiels :

1. Optimisez votre architecture à l’aide de solutions cloud

La conception de votre solution informatique doit vous permettre de profiter des avantages de la plateforme cloud, tout en assurant la résilience, la sécurité et la redondance de vos systèmes. La plupart des entreprises numériques combinent différents services cloud, notamment des services de cloud public, privé ou hybride. Ce modèle permet aux entreprises de s’agrandir à un rythme approprié tout en réduisant les investissements d’infrastructure nécessaires.

En cas d’interruption de service, le cloud est en mesure d’améliorer considérablement la disponibilité des données et de réduire les délais de reprise.

À télécharger : Is Your Cloud Environment Evolving the Right Way? (Votre environnement cloud évolue-t-il dans la bonne direction ?

2. Évaluez votre infrastructure

Dans votre infrastructure informatique actuelle, déterminez les charges de travail pour lesquelles le cloud serait avantageux, mais aussi celles qui ne s’y prêtent pas. S’agit-il d’une stratégie de portage virtuel (« lift and shift »), du remplacement de quelques éléments de votre solution ou d’une reconstruction totale nécessitant une modification du code ?

3. Mettez en place les compétences appropriées

Au sein de votre personnel, disposez-vous d’un haut degré d’expertise en interne ? La personne responsable de la migration vers le cloud dispose-t-elle des compétences nécessaires pour mener à bien cette tâche ? Si c’est le cas, dispose-t-elle de la largeur de bande nécessaire ? Dans le cas contraire, associez-vous à des experts capables de guider l’entreprise pendant ce processus.

Il convient de noter que, bien que la plupart des entreprises n’aient à réaliser que très peu de migrations vers le cloud, le choix d’un partenaire approprié permet de bénéficier des années d’expérience que celui-ci a accumulées à gérer divers environnements et problèmes rencontrés par les clients.

4. Intégrez vos objectifs commerciaux dans la conception de votre solution

Votre solution cloud doit être conçue pour vous permettre d’atteindre, mais aussi de protéger vos objectifs commerciaux. Par exemple, si vous déployez une nouvelle solution de commerce électronique pour laquelle la disponibilité est essentielle à vos opérations et à l’expérience du client, vous pourriez simplement utiliser un serveur web et une base de données. Cette configuration ne serait toutefois pas idéale, car la défaillance d’un seul composant pourrait entraîner une panne généralisée.

Même avec plusieurs serveurs, votre système serait à risque si vous n’utilisez pas de groupes de disponibilité. En revanche, lorsque les mises à jour sont exécutées dans le cloud, les serveurs sont mis à jour successivement et non en parallèle, ce qui évite les interruptions et vous permet d’atteindre vos objectifs généraux.

5. Construisez votre résilience numérique

Déterminez vos risques (à l’aide d’experts en interne ou par l’intermédiaire d’un partenaire) pour vous assurer que votre solution informatique est ultra-fiable. Si certaines menaces sont imprévisibles, comme les catastrophes naturelles ou les attaques de logiciel malveillant, de nombreuses entreprises échouent pour des raisons triviales qui peuvent être évitées simplement à l’aide d’une architecture adaptée. Afin d’évaluer vos risques, il faut commencer par bien connaître votre infrastructure, vos interdépendances et vos services actuels.

De nos jours, la résilience numérique englobe bien plus que la simple cybersécurité. Il s’agit également de la résilience contre les interruptions de service, qu’elles soient planifiées ou non, prévisibles ou imprévisibles. Malgré le chaos que peuvent provoquer ces interruptions, c’est votre capacité à anticiper et à réagir rapidement qui permettra à votre entreprise d’avancer.

Renseignez-vous sur les différentes solutions de cloud qui existent sur le marché et sur celles qui conviennent le mieux à votre entreprise. Téléchargez gratuitement le livre électronique « Is your cloud evolving the right way? »