Les marketeurs aiment les mots, aiment les inventer, les rendre plus brillants, les éparpiller à tous les vents, au risque de les dévoyer et de les vider de leur sens.

Le Cloud fait aujourd’hui les frais de cette marotte. Pas un jour sans que l’on vous invite à « poster vos photos sur le Cloud », à « accéder à vos logiciels sur le Cloud », à « stocker vos données dans le Cloud ».
Depuis le père Noël et les Beatles avec Lucy in the sky, on n’avait jamais vu autant de monde dans les nuages. On frôle la surpopulation ! Reprenons donc à zéro…

Le Cloud, d’une infrastructure technique puissante à un concept marketing

Tout a commencé il y a trois ans, quand Amazon a lancé le concept du Cloud comme une autre façon de consommer l’informatique en proposant des services « à la demande » sur une infrastructure physique en cluster.

L’infrastructure en cluster consiste à mettre en place un ensemble de serveurs reliés entre eux. Quelque chose de très classique chez tous les hébergeurs sérieux. Cela permet de garantir une redondance – si un serveur tombe en panne, un autre prend le relais – et donc une haute disponibilité.

Sur une infrastructure traditionnelle, la qualité de service connaissait des paliers : dès que l’on était à saturation d’un palier, la qualité de service chutait et on re-investissait alors pour ajouter de la puissance. Et les performances reprenaient jusqu’à que l’on arrive à un nouveau palier. L’infrastructure en Cloud permet l’allocation progressive de puissance, en fonction des besoins des utilisateurs. Ainsi le système informatique ne connait plus cet effet de paliers mais une linéarité de la qualité de service et des investissements. D’où la notion de consommation de ressources à la demande, le système informatique ne connaissant plus ces chutes de performances. La demande peut être anticipée tandis que le financement de la consommation réelle est lissé dans le temps, satisfaisant autant les DSI, les DAF que les utilisateurs… Un succès assuré pour Amazon et tous ceux qui ont suivi dans cette direction faisant évoluer une infrastructure technique vers une offre de services et un concept marketing, le Cloud.