Avec l’iPeer-1-Football-inforgraphic_FRAnfluence grandissante des réseaux sociaux, il est désormais plus facile de cerner l’opinion publique. Il suffit de suivre les tendances « sociales » exprimées sur les réseaux sociaux durant des événements majeurs. Prenons l’exemple de la Coupe du Monde et du match catastrophique Brésil/Allemagne. Les spectateurs ont en moyenne twitté 618 725 fois par minute !

 Peer 1 a examiné 100 000 discussions établies sur les réseaux sociaux et forums pour déterminer les 20 sujets les plus débattus pendant l’événement. Le pays qui a généré les plus nombreux commentaires est le Brésil (16% des tweets), suivi de l’Allemagne (12%), des Etats-Unis (3%) et de l’Angleterre (3%) qui a subi un véritable « fiasco social ». Les Etats-Unis ont atteint le même score alors que le football n’est pas un sport très populaire.

Au-delà de la diffusion de tweets, Peer 1 a identifié un autre phénomène : le partage de contenu. Environ 4% des tweets publiés dans le cadre de la Coupe du Monde ont inclus des liens vers du contenu. De nombreuses marques ont capitalisé sur cet événement et un grand nombre de données ont été échangées pendant quatre semaines. Si l’on observe en particulier les marques sponsors, on constate que Adidas occupe le top 20 des acteurs des réseaux sociaux et que Nike, en revanche, n’y figure pas. La BBC, Google, ESPN  et Facebook en font également parti et le temps nous dira quel impact les réseaux sociaux auront eus sur leur business. En tout cas, grâce à la portée mondiale du hashtag « Coupe du Monde », les marques peuvent compter sur des répercussions positives.

Enfin, l’excellente performance de Tim Howard face à la Belgique lui a valu 2% de tweets évoquant ses mouvements fluides sur le terrain. Cependant, les discussions sur Lionel Messi  (3%) et  James Rodriguez (3%) ont surpassé les mentions sur Tim Howard. Devrait-on aussi attribuer un « Ballon d’Or » aux stars dont les internautes parlent le plus sur Twitter ?

En dehors du terrain, les entreprises ont aussi tout à gagner à s’intéresser aux réseaux sociaux et à leur impact. Pourquoi ? Tout simplement car leur image de marque et leur réputation se construisent de plus en plus au fil des conversations menées sur les réseaux sociaux. Elles ont donc intérêt à les lancer, les rejoindre, les modérer ou même les influencer. Pour réussir, elles doivent d’une part suivre un programme social adéquat, et d’autre part, choisir un hébergeur conscient de l’importance de chaque interaction. Le service d’hébergement peut aider à récolter plus de trafic et de ventes. La rapidité est un aspect essentiel. En ligne, chaque interaction compte. Si un site est lent et peu fiable, l’entreprise perdra la partie au profit de ses concurrents !