La dynamique du Cloud français

La société d’étude de marché Markess réédite pour la neuvième année consécutive son baromètre des prestataires du cloud computing qui montre un marché français plutôt dynamique.

Markess, une société d’études indépendante spécialisée dans l’analyse des marchés des technologies du numérique et des stratégies de modernisation des entreprises et des administrations, réalise depuis 9 ans un baromètre des prestataires du cloud computing qui fait référence. Ce travail, produit à partir d’une enquête conduite auprès de 130 prestataires, a pour objectif de mesurer leur perception du développement du marché à court terme et de ses orientations à plus long terme. L’édition 2015 de l’étude refait également un point sur le rôle du cloud dans le développement, la croissance et l’innovation, dans la sphère économique et plus largement dans la société.

 Cinq tendances majeures

De ce travail émergent cinq grande tendances dérivées d’une quinzaine d’indicateurs dont certains ont été publiquement présentés lors des Etats Généraux de la Cloud Week Paris, en juillet dernier.

Premier constat établi par Markess, le marché des solutions de cloud computing et des services associés maintient sa dynamique de croissance. La part du SaaS (Sofware as a Service, logiciel utilisable en tant que service) et des services associés est toujours prépondérante et représente à elle seule plus de 60% de l’ensemble du marché. Le SaaS devrait avoisiner les 5 milliards d’euros en 2015.

Les interviews effectuées par Markess indiquent aussi que le conseil à la définition des besoins fonctionnels et techniques, à la migration, à l’accompagnement au changement, au respect des règles sécuritaires et/ou juridiques…, joue un rôle de plus en plus crucial dans les projets de cloud computing d’environnements critiques et/ou stratégiques.

Troisième point important révélé par l’étude, les services à valeur ajoutée de type paramétrage, intégration, infogérance, exploitation d’environnements hébergés dans des clouds…) représentent une part non négligeable du marché.

La deuxième tendance Markess indique en outre que le conseil et les services à valeur ajoutée sont d’autant plus demandés que se développent à la fois l’hybridation des environnements (“on premise” / “on the cloud”) et son corollaire, le recours à des services web et des plates-formes d’intégration tierces fournissant les APIs et les connecteurs indispensables.

Enfin, dernière tendance notable, la verticalisation des offres permet de mieux répondre à des enjeux sectoriels ou métiers spécifiques avec des solutions adaptées au contexte et aux contraintes (notamment réglementaires) de certains secteurs d’activité.

 Cloud et innovations digitales

Autre production des équipes de Markess, un e-book intitulé « Cloud et innovations digitales » énumère les six raisons qui poussent entreprises et organisations diverses à recourir au Cloud pour développer des projets digitaux innovants. « Puissant facteur de changement dans la manière de consommer et d’opérer les ressources informatiques ou applicatives et de les mettre à la disposition du plus grand nombre, le cloud computing est de en plus utilisé par les entreprises qui l’intègrent au cœur de leurs innovations digitales et dans leurs nouveaux modèles de services », explique ce document. « Ces approches sont favorisées par les nouveaux usages issus du grand public et les exigences fortes des clients en termes de rapidité de mise en œuvre, de disponibilité, de réactivité, et de qualité de service. » Selon les responsables contactés par Markess cette année, 91% des 110 décideurs métiers et informatiques interrogés ont ou vont faire appel à des solutions de cloud computing pour lancer des projets digitaux innovants, en s’inspirant des pratiques popularisées par des entreprises comme Netflix, Spotify, Uber, Blablacar, Amazon, ou Alibaba… Parmi les facteurs souvent cités comme favorisant le recours à de telles solutions dans le cadre de projets novateurs figurent 6 paramètres importants : premier d’entre eux, le « coût » est mis en avant par 66% des décideurs car le cloud évite d’investir lourdement dans des infrastructures coûteuses qui risquent d’être complexes à administrer et devenir rapidement obsolètes d’un point de vue technologique. Suivent ensuite les arguments d’élasticité (42%) – le cloud s’adapte aux besoins « réels » du moment -, la rapidité d’accès à de nouveaux environnements applicatifs (41%) ou d’approvisionnement en nouvelles ressources (40%) qui réduit les délais d’entrée en production. Ces facteurs sont aussi étroitement liés aux nouvelles façons d’utiliser et d’accéder aux applications en situation de mobilité  40%), de travailler en mode collaboratif et de partager des données au sein d’écosystèmes dans des logiques de co-innovation ou de co-production (39%).

 Les autres vertus du Cloud

La brochure électronique « Cloud et innovations digitales » énumère encore ce que 25% à 34% des décideurs considèrent comme étant des vertus propres aux solutions de cloud computing pour favoriser l’innovation numérique : accélérer les développements (web, mobiles, applicatifs), stocker sans souci de limite de gros volumes de données, enrichir ou compléter des applications existantes, livrer dynamiquement ou tester sans contrainte de nouvelles applications, créer de nouveaux services/produits reposant sur des modèles économiques en rupture, développer de manière plus agile, mieux intégrer les composantes du web et de l’Internet.

Développant plus particulièrement cinq domaines d’application dans lesquels le Cloud computing peut apporter de l’innovation – la collaboration en temps réel, les usages du web, l’analyse des données, le poste de travail, les usages mobiles – le document pointe cinq compétences qu’il est indispensable de maîtriser pour aller de l’avant sur le sujet : disposer d’architectes capables de définir et de dessiner des usages innovants en utilisant des méthodes nouvelles elles aussi basées sur des solutions de cloud ; avoir les experts en sécurité et juristes pour traiter les aspects techniques et légaux (protection et confidentialité des données, gestion des accès et des identités, mise en conformité réglementaire..) ; savoir manager le changement pour accompagner les mutations dans les pratiques organisationnelle enfin savoir gérer et suivre des contrats de services externalisés.

La version complète du « Baromètre des prestataires du cloud computing » est commercialisée au prix de 1200 € indique Markess.

L’e-Book « Cloud Computing & Innovations Digitales 2015 » est consultable à l’adresse : http://blog.markess.fr/2015/09/e-book-cloud-computing-innovations-digitales.html

 

Billets connexes