Entretien : Susan Bowen, vice-présidente et directrice générale, EMEA

Comment êtes-vous arrivée au secteur des technologies?

La technologie m’a toujours intéressée. En compagnie de mon père, j’ai passé beaucoup de temps à créer des programmes pour Froger sur notre ordinateur Amstrad… Des heures et des heures à copier du code des revues. La commande « GOTO » restera gravée à tout jamais dans ma mémoire. Pour être franche, ce que j’aimais, c’était la logique dans tout cela.

De plus, même si je l’ai rencontrée que quelques fois, et elle serait gênée de m’entendre dire ceci, Maggie Philbin a également été importante dans ma vie! J’adorais Tomorrow’s World et tout son univers. En fait, je crois que mon rêve serait de présenter la mouture d’aujourd’hui de Tomorrow’s World!

Quelle est la personne qui vous a inspirée dans votre vie professionnelle?

J’ai eu l’immense plaisir de travailler avec des chefs extraordinaires. Meg Whitman (PDG de Hewlett Packard Entreprise) est quelqu’un de vraiment inspirateur. Son endurance et son sens de l’éthique au travail sont hors pair.

Si vous pouviez donner un conseil à votre « vous-même » de 13 ans, quel serait-il?

Ce n’est pas grave d’arriver le deuxième! Je participais à des compétitions de natation et j’allais m’entraîner avant et après l’école; j’avais un grand esprit de la compétition et je me fâchais si je n’arrivais pas la première. Avec les années, j’ai appris que, du point de vue personnel, ce n’est pas grave et que la pression qu’on se met peut parfois compliquer la tâche. (Le recul est si précieux!)

Selon vous, que pourrait-on faire pour attirer plus de femmes dans les technologies? Comment encourager plus de femmes à songer à une carrière en sciences, technologie, ingénierie et mathématiques (STIM)?

Je pense qu’on devrait faire connaître les modèles existants. Beaucoup de femmes qui travaillent dans les technologies (dont moi) croient que le fait de « dire quelque chose » les rend féministes en quelque sorte. Je me suis rendu compte au fil des ans que ce n’est pas le cas et que je ne suis pas féministe; je ne suis qu’une femme qui croit qu’on devrait rendre ce secteur, et d’autres secteurs STIM, attirant pour un groupe hétérogène. Sinon, il ne changera jamais.

Quel est le meilleur aspect de votre travail?

Le meilleur aspect de mon travail c’est qu’il est varié. J’adore le fait que nos produits technologiques facilitent l’accomplissement de beaucoup de tâches : des applications de reconnaissance musicale (SHAZAM) aux paiements bancaires (Racing Post) en passant par la collecte de fonds pour les œuvres de bienfaisance (Children in Need). Ce n’est plus l’argent qui fait tourner le monde, c’est la technologie!