Les achats en ligne rencontrent de plus en plus de succès, en France comme à l’étranger, et les marchands, petits et grands, sont tous confrontés à ce défi : être présents sur le web pour répondre aux attentes de leurs clients où qu’ils soient sur la planète.

L’époque n’est plus aux pionniers du cyber-commerce : les « pure-players » ont pris leurs marques sur le net et certains confortent leur position en ouvrant des boutiques physiques pour se rapprocher de leurs acheteurs, les grandes enseignes traditionnelles se sont adaptées dans l’urgence à la vente en ligne pour contrer leur déclin et une foule de structures de tailles diverses ont su développer une activité sur Internet qui leur donne souvent une dimension qui va bien au delà de leur audience géographique initiale. Ce qu’il convient d’appeler le e-commerce a touché toutes les modalités d’échange marchand que l’on trouve sur la planète mais c’est une pratique qui ne s’improvise pas. Pour créer une boutique en ligne il faut choisir une solution logicielle et la porter sur une plate-forme connectée qui lui donnera la puissance opérationnelle requise. Dès lors, comment choisir la bonne solution face à une offre pour le moins pléthorique ?

Comment choisir

Lorsque l’on consulte les blogs dédiés au e-commerce, la question « comment choisir ma solution » revient de façon lancinante et la réponse la plus sensée est généralement « je n’en sais rien ». L’animateur du site LP (Ludovic Passamonti, consultant et fondateur de l’agence conseil Skeelbox) répondait de la sorte il y a plusieurs mois en proclamant qu’il n’y avait pas de solution e-commerce idéale mais plusieurs qui correspondent à la configuration spécifique de chaque projet ». Mais avant de se lancer, le futur e-commerçant doit d’abord définir ses vrais besoins en fonction des moyens financiers qu’il peut mobiliser. Il doit faire un bilan de ses compétences, déterminer son niveau de maturité en matière de e-commerce et de e-marketing et la hauteur de ses ambitions. La taille de l’entreprise est évidemment déterminante. S’agit-il d’un auto-entrepreneur, d’un artisan ou d’une PME déjà active commercialement et qui souhaite développer un canal de distribution supplémentaire axé sur la vente directe ? Alors que la grosse entreprise aura tous les moyens à sa disposition pour trouver les bonnes compétences, la petite structure n’aura en face d’elle que son agence de création web. En toute logique, celle-ci se retournera vers l’hébergeur chez qui elle met en ligne ses sites web. Si ce dernier est déjà bien rôdé à la problématique du e-commerce il pourra apporter des réponses et même proposer une plate-forme déjà opérationnelle. Encore faut-il quelle soit bien dimensionnée.

Quel dimensionnement

La taille du catalogue à mettre en ligne et le nombre de pays à adresser sont d’autres facteurs qui influent directement sur la gestion du back-office et le dimensionnement de l’infrastructure à mobiliser. L’outil marketing à mettre en œuvre ne sera pas le même s’il s’agit de faire un merchandising minimaliste ou s’il faut synchroniser un CRM complet. Certain produits sont plus facile à vendre que d’autres et il est parfois nécessaire de mettre en ligne des moyens d’information et de relation clients conséquents pour parer à tout problème. Si l’on veut vendre des produits physiques il faudra faire le lien avec le service logistique et ses propres applications informatiques, ce qui ne sera pas le cas avec des produits virtuels téléchargeables ou des services. La présentation et l’interface utilisateur sont aussi très importantes et n’ont pas le même impact financier lorsqu’il s’agit d’un template prédéfini ou d’une mise en œuvre originale sur une charte graphique personnalisée. Le mode d’hébergement, le choix d’une solution autonome administrée en direct et d’une solution en SaaS sont également des paramètres qui ont des incidences financières. Finalement, c’est le dimensionnement de l’investissement et son rapport avec l’envergure du projet et le rythme de sa montée en puissance qui seront déterminants. `

Les atouts de Magento

Parmi les plates-formes e-commerce les plus en vogue chez les agences web et les hébergeurs, Magento se classe en tête pour de multiples raisons. Propriété de eBay, c’est une solution professionnelle de vente en ligne open source dont la licence est gratuite mais qui nécessite d’investir pour la faire correspondre à un projet précis. Elle est utilisée par 150 000 e-boutiques majeures dans le monde et est considérée par beaucoup de spécialistes comme la meilleure plate-forme de vente en ligne pour sa richesse et sa capacité de personnalisation et d’évolution. Elle intègre la majeure partie des fonctionnalités essentielles du e-commerce mais est suffisamment flexible pour s’adapter aux spécificités de chaque cyber-marchant. Magento a une architecture solide qui supporte l’évolution des besoins et la monté en puissance. La plate-forme offre d’origine la possibilité de créer des sites marchands en plusieurs langues et de supporter des méthodes de paiement et d’expédition différentes. Son interface d’administration est puissante et bien pensée. C’est une base solide qui apporte un avantage stratégique à ses utilisateurs et qui est portée par une vaste communauté de développeurs et d’agences de création web. C’est notamment pour ces raisons que Magento est la plate-forme de référence de plusieurs hébergeurs-infogérants de premier rang qui l’utilise comme base de leur offre e-commerce en mode SaaS.